"Un roman et rien d'autre": Kesako?

 

Rencontre avec Jacques Teyssandier, auteur de «Un roman et rien d'autre»

Jacques_Teyssandier_EdilivrePrésentez-nous votre ouvrage en quelques mots ?
C’est l’histoire d’un mec, comme aurait dit Coluche ! Celle de Pierre Danval, un auteur qui rêve de devenir écrivain…

Pourquoi avoir écrit ce livre ?
J’avais envie de m’amuser. Écrire doit être avant tout un plaisir. Je ne conçois pas cette activité autrement. Mais revenons-en à Pierre Danval ! Auteur d’un premier récit, il veut absolument écrire un roman maintenant, la seule façon à ses yeux d’être consacré pour son activité de plume. Hélas, n’est pas écrivain qui veut !

À quel lecteur s’adresse votre ouvrage ?
Qualifié par Edilivre de roman psychologique, c’est un livre surprenant, un récit d’une extrême lucidité sur un parcours somme toute banal, mais cependant très attachant. En résumé, c’est un livre accessible à tous, idéal pour s’évader sans se ruiner.

Comment êtes-vous parvenu à créer cette mise-en-abyme de l’écrivain ?
Par le décalage apparent qui existe entre Pierre Danval, l’auteur, et ses personnages de roman. Cela le conduit à se déconnecter souvent de ses écrits en cours. Il retrouve alors son propre parcours de vie et des terrains qui lui sont plus personnels (la Corrèze de son enfance, son goût pour le sport, le fameux Chemin de Saint-Jacques…).

Quel message avez-vous voulu transmettre à travers votre ouvrage ?
Chaque vie est un roman… et les histoires toutes simples de tout un chacun, comme celle de Pierre Danval, sont aussi capables d’intéresser et d’émouvoir.

Où puisez-vous votre inspiration ?
Partout ! Dans la vie de tous les jours à travers mes activités, rencontres, lectures, voyages. Pas besoin d’aller très loin : une simple émission de radio ou de télévision suffit parfois pour s’évader et nourrir son imagination. J’ai remarqué que l’inspiration me venait souvent lorsque je courais (je suis un adepte de la course à pied depuis très longtemps). Cet exercice d'endurance est aussi un excellent moyen d’ordonner ses pensées.

Quels sont vos projets d’écriture pour l’avenir ?
J’ai quelques sujets en tête et je les laisse se décanter naturellement, mais je suis très attiré par l’univers de la course à pied. Ce cadre pourrait servir de tremplin à ma future histoire.

Un dernier mot pour les lecteurs ?
Selon Bernard Pivot, président de l’Académie Goncourt, « Un bon livre, c’est celui qui fait oublier au lecteur qu’il est en train de le lire ». Après La coquille et le saumon, c’est tout le mal que je souhaite à mes lecteurs avec ce deuxième ouvrage, Un roman et rien d’autre.

 interview Edilivre Paris

 

Pour en savoir plus...